Allez, M. Joffrin, encore un petit effort!

Publié le par Luc LEANDRI

Avec retard, je publie cette courte inspirée de ma récente lecture de Libération…

 

Il est devenu très rare que je lise le journal Libération, tellement j’ai pu être écœuré de sa ligne éditoriale notamment durant le débat sur le traité constitutionnel européen… Mais parfois, j’ai cette faiblesse… et finalement bien m’en a pris hier, ce mercredi.

En effet, les pages événement étaient consacré aux révélations du Canard Enchaîné du jour - précédées la veille au soir - par l’annonce de Matignon, au sujet du voyage d’agrément du Premier Ministre et de sa famille en Egypte durant les fêtes de fin d’année et leur prise en charge par le Président Moubarak, qui à l’époque encore, était soutenu par les démocraties occidentales…

Je ne m’étendrai pas sur le sujet tellement la divulgation de ces affaires confirment notre analyse sur la prévarication d’une minorité d’oligarques qui se répartissent rôles et richesses, toujours sur le dos des peuples !

Mais je fus amusé par l’édito de Laurent Joffrin, belle personne de la caste journalistique bienpensante de gauche, sur le départ pour le NouvelObs… En effet, il se livre, dans son éditorial intitulé « Confrérie » - ce terme ne vous rappelle pas déjà quelque chose - à une diatribe justifiée des errements du gouvernement Fillon et du naufrage de la République exemplaire qu’avait annoncé Sarkozy.

Pour cela, il choisit un vocabulaire bien pesé et use de métaphores bien senties du type et je cite à la Prévert : « certains puissants », « pourvoyeurs de passe-droit », « les gouvernants se fréquentent et s’entraident… comme les membres d’une confrérie suprême qui finit par mépriser les critères éthiques du commun des mortels… »… Cela ne vous rappelle rien ? Je vous renvoie alors au dernier ouvrage d’Hervé Kempf « L’oligarchie ça suffit ! Vive la démocratie ! » Ainsi, l’éditorialiste aura réussi à pointer cette même oligarchie sans employer le terme !

La bataille des idées est d’abord une bataille des mots, Laurent JOFFRIN, le sait bien et reprendre la terminologie du Parti de Gauche et de Jean-Luc Melenchon serait reconnaître la pertinence de nos analyses… Nous n’en sommes pas encore là, mais M. Joffrin progresse… allez encore un petit effort, M. Joffrin et l’on pourra vous taxer de populiste !

Commenter cet article