Bilan des emprunts 2012 de la Région PAC ou le début de la mise sous tutelle de notre collectivité par les marchés financiers

Publié le par Luc LEANDRI

Mon intervention à l'occasion de la plénière du 14/12/2012 sur le bilan annuel des emprunts de la collectivité...

 

Monsieur le Président,

Mes cher-e-s collègues,

La délibération qui nous est soumise nous expose le bilan et les perspectives de la collectivité en terme d’emprunt, qui constitue pour toute collectivité territoriale une ressource budgétaire non négligeable pour la réalisation de leurs investissements publics.

Malheureusement, le rapport présenté confirme la soumission de notre collectivité aux injonctions des agences de notation et plus globalement aux logiques de la Finance et des marchés.

En effet, le rapport débute ainsi : "L'exercice 2012 a marqué une rupture dans le mode de financement de la Région. Le financement bancaire traditionnel a laissé place au financement direct sur les marchés financiers."

Notre groupe dénonce justement la situation ubuesque de notre collectivité face aux logiques de la Finance. En effet, notée pour disposer d’emprunts à des taux plus faibles, les banques, depuis 2011, refusent de nous prêter, non parce que nous serions surendettés mais tout simplement parce que nous prêter de l’argent ne leur rapporte plus suffisamment de marges…Le serpent se mord la queue !

De ce fait, notre collectivité est contrainte d’aller chercher les financements pour ses investissements (lycées, voies ferrées, soutien aux projets de communes…) et répondre aux besoins de nos concitoyen-ne-s sur les marchés financiers… certes aujourd’hui obligataires mais ces derniers nous imposent leurs conditions toujours plus austéritaires…

Et cette logique vient justement d’être démentie par l’actualité puisque comme l’indiquait récemment le journal « Les Echos », malgré la récente dégradation de la note de la France, l’incohérence et l’irrationalité des marchés financiers conduit ces derniers à « s’arracher » littéralement la dette de la France à tel point que ses taux d’emprunt ont atteint leur niveau historique le plus bas, allant même jusqu’à des taux négatifs !

Enfin, face au désengagement des banques qui préfèrent spéculer sur la dette qu’investir dans l’économie réelle, il est plus que temps que des outils de financement de l’investissement public soit mis en place, au service des collectivités locales et à ce titre, la création d’un pôle public bancaire qui pourrait tout à la fois soutenir l’investissement des TPE et PME, et les collectivités locales, qui représentent tout de même 7°% de l’investissement public dans notre pays devient indispensable.

Aussi, notre groupe privilégiant l’Humain à la Finance votera contre cette délibération.

Commenter cet article