Je refuse les politiques d'austérité à la Région ou pourquoi j'ai voté contre le budget 2013 de la Région PACA

Publié le par Luc LEANDRI

Lors de l'assemblée plénière de la Région du 14 décembre 2012, les élu-e-s régionaux devaient se prononcer sur le budget 2013. Le Groupe Front de Gauche a décidé la liberté de vote et a exprimé sa vision commune du budget par la voix de son président Gérard PIEL.

 Pour ma part, je me suis positionné contre ce budget, et il me semblait utile au débat d'exprimer les raisons de ce vote.

 

Depuis 2010, la Région Provence Alpes Côte d’Azur a joué son rôle de bouclier social face aux politiques libérales de l’ère Sarkozy.

Durant la période, les collectivités territoriales ont subi les mesures du gouvernement SARKOZY qui contraignaient profondément contraint les budgets des Régions, et réduisaient leurs marges de manœuvre.

Pour autant, la majorité régionale est parvenue, notamment sous l’impulsion des élus Front de Gauche, à améliorer concrètement la vie de nos concitoyens : gratuité des transports régionaux (TER / LER) pour les jeunes (trajet domicile/étude), mise en place d’une tarification sociale dans la restauration scolaire, création d’un Espace Public Régional de l’Eau (EPRE) pour soutenir les communes souhaitant revenir en régie publique…

Pour dénoncer l’étranglement budgétaire de notre collectivité, nous votions majoritairement sous l’impulsion du groupe Front de gauche, en février 2012, une délibération émettant un titre de recettes à l’encontre de l’Etat équivalent au montant des compétences nouvelles transférées depuis 2006, mais jamais totalement compensées financièrement par ce dernier… soit 193 millions d’euros sur les 4 dernières années !

En mai 2012, le changement était fortement attendu : l’élection de François Hollande et l’instauration d’un gouvernement socialiste promettaient un desserrement de l’étau budgétaire des collectivités locales. Mais le nouveau gouvernement a de fait entérinée et poursuivie les politiques précédentes, en adoptant le TSCG et en annonçant le gel des dotations de l’Etat. Pire encore, elles sont déjà annoncées en baisse pour 2014 et 2015…

Dans ce cadre contraint désormais assumé par soutien au gouvernement, la majorité socialiste du Conseil Régional a fait le choix de se soumettre à la logique financière austéritaire imposée par les banques et les marchés.

Le budget primitif 2013, présente un maintien en trompe l’œil de son budget fonctionnement puisque hormis les budgets Lycées, Formation Professionnelle et Transports, toutes les lignes budgétaires sont en baisse de près de 20 millions d’euros. Le monde associatif, pourtant 1er employeur de la Région, va subir de plein fouet ses fortes diminutions dans le domaine des solidarités, de la culture, du sport, de la jeunesse…

Notre ennemi, la finance ! Je refuse ce système inepte !

Ce choix absurde, dans notre contexte économique, n’est guidé que par la volonté de conserver des ratios, une capacité d’autofinancement, qui satisfasse agence de notation et marchés… pour nous permettre de conserver le double AA de la Région.

Rien de tout cela n’a de sens ! Le double A est devenu un boulet pour notre collectivité ! En effet, notée pour disposer d’emprunts à des taux plus faibles, les banques, depuis 2011, refusent de nous prêter, non parce que nous serions surendettés mais tout simplement parce que nous prêter de l’argent ne leur rapporte plus suffisamment de marges…Le serpent se mord la queue !

De ce fait, notre collectivité est contrainte d’aller chercher les financements pour ses investissements (lycées, voies ferrées, soutien aux projets de communes…) sur les marchés financiers… certes obligataires mais ces derniers nous imposent leurs conditions toujours plus austéritaires…

La question qui se pose à l’échelle de la Nation, se retrouve à l’échelon régional : qui gouverne des élu-e-s représentants de la souveraineté populaire ou les marchés, les financiers et les banquiers ?

Ainsi, outre la baisse en fonctionnement, ce sont aussi 35 millions d’euros de baisse des investissements qui sont programmés pour 2013… Autant de projets utiles à l’intérêt général reportés… Autant d’emplois perdus…

Alors que l’activité économique se contracte et que nous devrions contribuer à sa relance, la majorité régionale fait le choix inverse, celle de contracter un peu plus l’activité pour répondre à des normes comptables, et donc d’aggraver la situation de l’emploi dans notre Région tout en reportant des investissements concourant au mieux vivre de nos concitoyen-ne-s.

Je refuse pour ma part de m’engager sur cette voie de l’austérité, car nous ne sommes qu’au début du chemin

Enfin, mon choix, animé par ce refus d’une austérité – qui ne dit pas son nom – est aussi contraint par un déni de démocratie en Région PACA, qui conduit depuis des décennies à ce que nous ne votions pas comme la loi le prévoit le budget par chapitre mais par un seul vote réducteur de la pensée et donc du débat politique Pour ou Contre.

Pour toutes ces raisons, je voterai, en toute conscience, contre ce budget !

Commenter cet article