L'impérieuse nécessité de construire des logements sociaux pour garantir un toit à chacun-e-

Publié le par Luc LEANDRI

Dans un article publié par Var Matin (vendredi 24/06/2011), des habitants des HLM de Toulon exprimaient leur colère... Le Directeur de Toulon Habitat Méditerranée osait expliquer que la loi DALO était à l'origine des problèmes... Il m'a semblé indispensable de répondre à ces abbérations! Var Matin a diffusé une partie de ma réponse dans son édition du lundi 28 juin et je vous livre sur mon blog l'intégralité de ce court communiqué.

 

Face à la légitime inquiétude et colère de certain-e-s habitant-e-s des grands ensembles HLM de notre commune, les réponses apportées par les responsables de l’organisme Toulon Habitat me semblent parfaitement scandaleux.

En effet, son directeur met en cause l’application de la loi DALO, qui permet à des familles en grande précarité et souffrance, souvent sans-domicile-fixe d’accéder légitimement à un logement social. La difficulté provient surtout de la terrible pénurie de logements publics sociaux qui génèrent un engorgement des demandes de logement et de mutation.

De ce fait, alors même que 75% de la population varoise est éligible au logement social (chiffre identique sur l’are toulonnaise), ce sont, de ce fait, les familles les plus en difficulté qui légitimement accèdent prioritairement au logement social (pendant que plus de 4.000 dossiers sont en souffrance)… mais l’absence d’un nombre suffisant de logements disponibles conduit à anéantir toute possibilité de mixité sociale qui limiterait les tensions sociales inhérentes

Dans ce sens, et au regard des trop faibles efforts de construction de la municipalité actuelle, la situation ne saurait rapidement s’améliorer… et répondre aux attentes des locataires HLM à Toulon.

Cette situation est la conséquence des choix municipaux en défaveur du logement social : il est dans ce sens symptomatique que ce soit l’Office seynois Terres du Sud Habitat – dont je suis administrateur – qui aient obtenu la construction de logements sociaux sur le site toulonnais de la Ripelle avec un important investissement en moyens humains pour accompagner et soutenir les familles afin d’éviter les problématiques abordées par les habitant-e-s dans cet article. Preuve qu’il est possible de faire autrement !

Commenter cet article

Vanetti David 17/01/2012 09:14

La fondation Abbé Pierre a publié à l'été 2011, le résultat d’un audit concernant le respect ou non de la loi
« Solidarité et Renouvellement Urbains », dite loi SRU.

Ce lien indique ce rapport qui mentionne les bons et les mauvais élèves.
A noter dans les mauvais élèves, Neuilly sur Seine, Toulon, Hyères, Nice, Saint Cyr sur mer, Etc....
Toutes ces communes, ne respectant pas la loi SRU, sont HORS LA LOI !!

http://www.fondationabbepierre.org/_pdf/communes_et_loi_sru_2011.pdf