Nous refusons l'austérité pour la Nation et pour notre Région

Publié le par Luc LEANDRI

Banderole varoise (2) Dimanche 30 septembre, plus de 100.000 personnes manifestaient à Paris contre le Traité pour la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) ou Pacte Budgétaire mais aussi et surtout contre les politiques d’austérité que ce texte imposera aux peuples européens.  

Le traité Merkozy retirera, à terme, tout pouvoir budgétaire aux élu-e-s de la nation, c’est-à-dire réduira à néant la souveraineté des peuples et remettra en cause la simple démocratie. En effet, la commission européenne pourra modifier les choix budgétaires de tel ou tel gouvernement pour répondre à ses dogmes libéraux, et surtout aux injonctions des marchés sans que les peuples ou leurs parlementaires puissent avoir à y redire…

La réduction des déficits et des budgets comme unique perspective politique aura des conséquences humaines considérables… Déjà, l’espérance de vie des hommes et des femmes recule dans 9 pays européens, pour cause de réductions des budgets des services publics de santé, d’éducation, de prévention…

Comment assurer un haut niveau de soins, sans un hôpital public bien équipé et des personnels en nombre suffisant ? Comment engager la transition énergétique sans investissements publics massifs pour permettre le démantèlement des centrales nucléaires, le développement de nouvelles filières, et assurer la reconversion de l’industrie automobile ? Comment garantir un haut niveau de formation de nos jeunes, notamment dans les filières techniques et professionnelles, sans mettre les moyens nécessaires à la formation initiale ? Et la liste est encore longue…

Et pour réussir à répondre à tous ces enjeux, nous avons besoin d’emprunter, c’est cela de la bonne dette. Mais au lieu d’emprunter aux banques qui réalisent des marges considérables sur les états, nous affirmons qu’il faut autoriser les Etats à emprunter à 1% à la Banque Centrale Européenne (BCE) plutôt qu’à 3-4%, voire 7% pour l’Espagne et près de 18% pour la Grèce auprès des banques. Nous réduirions les déficits publics plus efficacement qu’à coup de haches dans les dépenses publiques utiles ou d’augmentation de taxes sur les foyers modestes.

Le débat sur l’austérité se pose aussi au sein de notre collectivité régionale dont les ressources fiscales ont été réduites par les contre-réformes SARKOZY, et dont les dotations de l’Etat sont gelées depuis 3 ans. 

Banderole varoise Pourtant, il nous faut trouver de nouvelles recettes et c’est le sens de la pétition lancée par le groupe Front de Gauche visant à demander au Président de la Région de réclamer à l’Etat les budgets qu’il ne nous a pas attribué pour assumer les compétences qu’il nous a transférées ! Vous pouvez la signer à l'adresse suivante :  http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N28918

Le groupe Front de Gauche s’oppose à la logique d’austérité dans cette période si difficile pour nos concitoyen-ne-s.

En effet, comment imaginer que nous allons réduire les budgets consacrés aux TER-LER, et réduire le nombre de trains, alors même qu’avec la hausse du prix de l’essence le nombre d’utilisateurs des transports en commun augmente fortement ?

Comment imaginer réduire l’envergure de nos programmes de formation alors même que l’accès à une formation qualifiante ou diplômante est aujourd’hui le meilleur outil pour retrouver un emploi ?

Comment imaginer réduire les aides aux entreprises et à l’économie locale alors même que les annonces de plans sociaux se succèdent, et qu’au contraire nous devrions soutenir financièrement des projets de coopérative ouvrière comme les FRALIB ?

Enfin, comment imaginer réduire les aides aux associations œuvrant en direction des publics précarisés ou de la grande pauvreté, alors même que le nombre de foyers dont les ressources sont situées sous le seuil de pauvreté a progressé fortement dans notre Région ?

Nous avons besoin d’une mobilisation populaire à l’échelle régionale pour porter cette revendication forte et permettre que la Région PACA continue de jouer son rôle de bouclier social.

Commenter cet article

Hubert VIALLET 30/10/2012 11:02

Inscrit au PG depuis 1 an, je partage entièrement votre analyse sauf sur le nucléaire.
Il serait dommage de nous diviser sur ce sujet qui me parait secondaire par rapport au contrôle de la finance, et à la démocratie locale et nationale.
Je suis complètement ouvert au débat sur l'énergie. Fermer prématurément les centrales nucléaires comme en Allemagne pour construire des centrales au charbon ou au gaz, bonjour les gaz à effet de
serre, et adieu la banquise. Commençons déjà par réclamer la nationalisation du nucléaire pour le mettre sous controle de la nation, et développer les énergies alternatives...